La légende de Rose Hall — La sorcière blanche

Rose Hall

Rose Hall est un manoir de style géorgien jamaïcain à Montego Bay.

Aujourd’hui il est devenu un attrait touristique très couru par les curieux d’endroits hantés.


En effet, il a été restauré en 1960 après plus de 100 ans d’abandon.





Rosa Kelly

Henry Fanning acheta un énorme terrain de 290 acres en 1742 et c’est le 16 juillet qu’il épousa Rosa Kelly.


Malheureusement, Fanning décéda très peu de temps après son mariage.

Sa veuve hérita du domaine et épousa George Ash.


Ash a alors décidé de faire honneur au plan que Fanning avait réalisé, il a donc construit le Rose Hall.


Vous aurez compris, le domaine porte le nom de sa dulcinée.


Ash mourut à son tour et Rosa s’est mariée avec un autre homme qui lui aussi est décédé.


C’est en mai 1767 qu’elle épousa son dernier mari, John Palmer qui possédait également la plantation voisine.


John Palmer

C’est en 1790 que Rosa décédait léguant ainsi le Rose Hall à Palmer.


À son tour, Palmer décéda en 1797. Il a laissé son domaine qui comptait dès lors 650 acres, à ses deux fils.


Malheureusement, ses deux fils décédèrent sans héritier.


John Rose Palmer

C’est en 1818 que le petit neveu de John Palmer a pris possession du domaine.


John Rose Palmer s’est installé dans la demeure et ce n’est que 2 ans après qu’il épousa Annie Mary Patterson.


Annie Mary Patterson — Annie Palmer

Les parents d’Annie Palmer sont décédés de la fièvre jaune, la laissant orpheline, elle n’avait que 10 ans.


Annie avait alors été recueillie par sa nurse, une prêtresse vaudou haïtienne qui lui avait enseigné la sinistre sorcellerie de sa religion.


Le 28 mars 1820, Annie s’installa à Rose Hall, mais malheureusement, elle se lassa rapidement de son mari et commença à prendre des amants pour se distraire, qu’elle choisissait parmi les esclaves de la plantation.


Les serviteurs de la maison, témoins de son inqualifiable conduite, se montraient résolument hostiles et d’horribles rumeurs commencèrent à courir, tant sur son comportement que sur la sombre magie qu’elle tenait de sa nurse.


Quelques mois après son arrivée, une terrible dispute éclata entre les deux époux, qui fut si violente que tout le personnel aurait pu en témoigner.


Le décès du premier mari

Alors qu’ils se querellaient, un valet de chambre indiscret entendit John reprocher à sa femme d’avoir eu une aventure avec un jeune esclave. Leurs cris résonnèrent dans la maison pendant un long moment, puis d’une voix blanche, John signifia à Annie que leur mariage était terminé et qu’elle devait se préparer à quitter Rose Hall au petit matin. Le lendemain, à la surprise de tous, la jeune femme se présenta au salon et prit son petit déjeuner comme à son habitude, expliquant que son mari était malade et qu’il avait demandé à rester seul.


Au cours de l’après-midi, une servante se rendit dans la chambre de son maitre et elle découvrit son corps déjà froid allongé sur son lit. Tous les serviteurs qui avaient été témoins de la querelle de la veille pensèrent que sa femme l’avait assassiné en empoisonnant son café, mais le médecin qui examina le corps déclara qu’il avait été intoxiqué par les fruits de mer qu’il avait mangés la veille, ce qui ne convainquit personne. Si elle ne l’avait pas empoisonné, alors elle s’était probablement servie de sa magie vaudou pour le tuer.


Les serviteurs

Ses serviteurs devaient composer avec sa tyrannie et ses caprices, elle terrifiait ses esclaves, se montrant envers eux d’une rare cruauté. Chaque matin, ils devaient se rassembler dans la cour puis Annie apparaissait sur son balcon, leur dictant ses ordres.

Si ses directives n’étaient pas suivies comme elle l’entendait, alors la jeune femme châtiait cruellement ceux qui l’avaient offensé, les faisant publiquement fouetter avec une verge de bois jusqu’à ce que leur dos soit en sang. Pour capturer ceux qui tentaient de s’enfuir, elle faisait poser des pièges à ours puis les captifs étaient jetés dans des cachots profonds de cinq mètres qu’elle avait fait aménager dans le donjon et elle les laissait mourir, les privant d’eau et de nourriture.


Vaudou

Durant cette période, Annie développa un nouvel intérêt pour le vaudou. Certains de ses esclaves, qui versaient dans les arts occultes, lui transmettaient leurs connaissances, car il était connu qu’elle s’en montrait parfois reconnaissante, épargnant les plus coopératifs. La légende raconte que lors de ses rituels de magie noire elle tuait des nourrissons, se servant de leurs os pour quelque sombre usage. Elle parvint ainsi à acquérir une puissance extrême, terrifiant ses esclaves et tenant à distance les importuns, et cette sulfureuse réputation lui valut son surnom, « La Sorcière Blanche de la Jamaïque. »


La jeune veuve, qui était attrayante, avait de nombreux prétendants, ce qui la conduisit à se marier à trois reprises, mais tous ses maris finirent de la même manière… ou presque. Si le premier avait péri empoisonné, le second trouva la mort sous la lame d’un poignard. L’examen de son corps révéla que pour une raison inconnue, de l’huile bouillante avait été versée dans ses oreilles. Quant au troisième, il fut étranglé, tout simplement.


Le décès d’Annie Palmer

Rose Hall, qui était autrefois un haut lieu de la vie sociale de l’ile, avait été partiellement détruite lors d’une révolte d’esclaves en 1831, et certains racontaient qu’Annie avait été assassinée lors de cet événement, étranglée par l’un des insurgés, probablement l’un de ses amants. En 1940, la maison était pratiquement abandonnée depuis plus d’un siècle.


Sa réputation était telle que personne ne s’aventurait à y rentrer, même pour la piller. Le vent s’engouffrait par ses fenêtres brisées et le toit vermoulu laissait passer la pluie, qui détériorait les murs, les planchers, et les vieux meubles qui s’y trouvaient encore.

Il y a eu de nombreuses histoires entourant le décès d’Annie, le mystère règne toujours.


Les lieux seraient hantés

On dit qu’on voit souvent la sorcière blanche errer entre les murs de Rose Hall. En effet Annie n’aurait pas perdu ses pouvoirs.


Une femme fut projetée en bas du balcon où Annie donnait ses ordres à ses esclaves.


On entend de la musique d’époque, des taches de sang apparaissaient sur les planchers.

Elle a conduit des médiums vers un gros nid de termites, ils découvrirent un ancien vase de laiton qui contenait une poupée vaudou, de celles utilisées lors des cérémonies.


Parfois, des cris déchireraient le silence, les portes et les fenêtres se fermeraient toutes seules, des coups retentiraient dans les murs, des bruits de pas résonneraient dans l’escalier principal, des pleurs de bébés se feraient entendre, les voix profondes des victimes d’Annie chuchoteraient dans les donjons, une vieille musique s’élèverait du néant, les robinets du bar s’ouvriraient et se fermeraient, et les petites silhouettes fantomatiques d’un homme et d’une femme déambuleraient dans la maison.


Certaines nuits, Annie se montrerait, vêtue d’une robe de velours vert, et une cravache à la main, elle parcourrait la plantation à cheval, cherchant inlassablement quelque esclave à fouetter.


FIN

Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts récents
Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Blogger Icône sociale
  • Pinterest
  • LinkedIn Social Icône